Histoire de l USAP

Aller en bas

Histoire de l USAP

Message  Christophe le Sam 9 Juil - 9:05



1902 : Création de l'Association Sportive Perpignanaise le 13 septembre par une bande de jeunes bourgeois anglophiles sous l'impulsion des frères Payra et Antoine mais aussi de Parent, Maderon, Pic, Grando ... Le club fut crée aux danses patronales du Faubourg et élit Jérôme Moli comme premier président. Les réunions de l'ASP se déroulèrent au café Horace qui devint ensuite le café de France.
1904 : L'ASP devint champion du Languedoc en battant l'UACP 6-0 en Finale.


1905 : L'ASP fut à nouveau champion du Languedoc Roussillon en battant le RC Narbonne 5-0 à Lézignan en Finale.


1905-1911 : L'ASP conserva durant sept années son titre de Champion du Languedoc.


1908 : Inauguration du stade du Vert près de la route de Thuir.

1911 : Premier titre National pour Perpignan qui fut sacré Champion de Seconde Série (Division 2) en battant Dole 20-5 à Colombes.

1912 : Des tensions naquirent après la perte du titre du Languedoc face à Narbonne. Albert Trilles, l'ancien Président de l'ASP quitta son poste et créa un nouveau club le 29 avril, le SOP (Stade Olympien Perpignanais) qui devint le grand rival de l'AS Perpignan (ancêtre de l'USAP). Le SOP opta pour un maillot bleu azur alors que l'ASP joua en blanc.

1913 : Le SOP fut Champion de France de Seconde Série tandis que l'ASP s'incline en 1/2 Finale de Première Série 3-0 contre le SCUF.

1914 : Le club devint champion de France de Première division pour la première fois avec un certain Aimé Giral en battant Tarbes 8-7 à Toulouse le 3 mai. Cette même année eut lieu la première confrontation entre l'ASP et le SOP. Les partenaires de Félix Barbes s'imposèrent 16-0 au stade de la route de Thuir. Le SOP prit sa revanche au match retour sur la pelouse du Vernet (6-3).

1914-1918 : Les perpignanais furent décimés durant la première guerre mondiale avec la perte de 7 joueurs qui avaient tous été Champion de France en 1914. Il faut aussi y ajouter Jean Laffon le vice-président de l'ASP tombait également au front à l'âge de 32 ans en 1916. Un an jour pour jour auparavant, le 22 juillet 1915, l'aspirant Aimé Giral (20 ans) héros de la dernière finale fut tué par les allemands à Sommes-Suipes. Les autres tombés au champ d'honneurs sont Raymond Schuller (Talonneur, 20/08/1914 à Forbach) seulement trois mois après son titre national, Maurice Gravas l'enfant de Millas (Seconde Ligne, 28 ans mort à Bielly-Vieville), François Fournier de Canet (Demi de Mêlée, 26 ans), Joseph Lida également Canétois (Troisième Ligne, 23 ans), François Nauté de Toreilles (Seconde Ligne, 21 ans) et enfin la dernière victime Joseph Couffe (Arrière, 31 ans mort le 30/09/1915 à Massiges) qui payèrent tous de leur vie la folie de la guerre et des hommes ... Quant aux joueurs non mobilisés durant la guerre, ils poursuivirent leurs activités sportives même si le Championnat de France fut suspendu. Managé par le poète Albert Bausil, le club de l'ASP fut rebaptisée momentanément les "Green Devils Perpignanais" qui décrocha en 1916 le titre de Champion du Languedoc devant le grand rival le SOP (11-0).

1919 : A la mémoire des joueurs et dirigeants tombés au front, une stèle fut inaugurée le 2 mars 1919 où on nota notamment la présence de Charles Brennus, le Président de la FFR. Elle se trouve aujourd'hui devant le stade Aimé Giral, de l'autre côté des guichets. Quelques mois plus tard, l'esprit fut à l'unification entre les dirigeants de l'ASP et de la SOP qui décidèrent le 10 mai 1919 de ne faire à nouveau qu'un afin de lutter contre le pillage de leurs meilleurs éléments par le club de Quillan. Cet accord fut officialisé le 22 mai 1919 lors d'une réunion au café de la Poste, nouveau siège de club qui élit Jules Chevalier comme étant le premier Président de l'USP (Union Sportive Perpignanaise) qui est désormais le nouveau nom du club Catalan. Ils portèrent un maillot azur (ancienne tunique de la SOP) doté d'un écusson sang-et-or (ancien logo de l'ASP).

1920 : L'USP fut sacré Champion de France de Série III (Troisième Division). Le jeune Roger Ramis découvert en début de saison creva à nouveau l'écran avec trois essais inscrits en finale contre l'Aviron Bayonnais (20-0). "El Nin" devint le nouveau chouchou de tout un peuple.

1921 : Interrompu à cause de la guerre, le Championnat de France reprit enfin ses droits. Tenant du titre après leur succès en 1914, l'USAP conserva son bien en battant en finale les grands favoris de la compétition Toulouse à Béziers (5-0). L'anecdote retiendra que les toulousains avaient édités plus de 100 000 cartes postales portant la mention "Toulouse Champion de France 1921".

1922 : Le stade de la route de Thuir fut rebaptisé au nom de Jean Laffon, en hommage à l'ancien vice-président de l'ASP tombé au champ d'honneur, le 7 février 1922.

1924 : L'USP fut battu en Finale du Championnat de France par Toulouse 3-0 à Bordeaux.

1925 : Défait en Finale la saison passée, l'USP remporta le Championnat devant Carcassonne 5-0 à Béziers grâce à un exploit de Roger Ramis. Ce match dut être rejoué car lors du premier affrontement l'arbitre avait du arrêter la rencontre en accord avec les deux capitaines à cause d'une pluie diluvienne et que le score était toujours vierge. Paradoxalement il fallut à chaque fois aux Catalans deux matchs à partir des Quarts pour se qualifier : Tarbes en Quarts (5-5 puis 5-3) et Narbonne en demi-finale (3-3). Cette même année vit la première défaite de l'USP à domicile face aux "Quins de Perpignan" (4-0) depuis sa création en 1919 après un drop de Vincent Graule (ndlr : à l'époque le drop valait 4 points). Plus tard, les deux clubs perpignanais fusionnèrent, donnant naissance à l'USAP.

1926 : L'USP s'inclina en finale du Championnat face à Toulouse 11-0, dans un match où les toulousains "détruirent" clairement Roger Ramis à coup de cravate et de plaquage à retardement. Cette défaite marqua la fin d'une époque avec le départ de l'entraîneur Gilbert Brutus vers Quillan. Ce dernier emmena d'ailleurs dans ses bagages quatre joueurs cadres de l'USP avec qui il sera Champion de France en 1929.

1927 : Derby légendaire entre l'USP et les Quins de Perpignan au stade Jean Laffon, le 9/10/1927. L'arbitre expulsa pas moins de dix joueurs (ndlr : cinq de chaque côté) dans un match où la rivalité entre les deux clubs atteint son paroxysme. La rencontre se termina sur le score vierge de 0 à 0. Quelques années plus tard, les deux clubs perpignanais fusionnèrent donnant naissance à l'USAP.


1930 : Lors de la saison 1930-1931, les deux clubs roussillonnais ne se rencontrèrent plus puisque chacun choisit un chemin différent. L'USP opta pour le Championnat UFRA (Rugby Amateur, adepte du beau jeu qui n'accepta pas le durcissement des règles) alors que les Quins préférèrent le giron de la FFR. Mais des bruits coururent comme quoi une fusion entre le deux clubs seraient à l'ordre du jour.

1933 : l'USP fusionna avec le club populaire des Arlequins et devint l'USAP le 5 mai 1933 après de longues palabres des 80 participants dans la salle d'Arago. Cette fusion intervent grâce à l'acharnement du Docteur Pierre Nicolau. Ce dernier devint d'ailleurs le premier Président de l'USAP (ancien USP) avec pour adjoint Joseph Bazia (ancien Quins) qui dirigea le conseil d'administration.

1934 : Malgré la fusion entre l'USP et les Quins, il y eut toujours des querelles et certaines personnes se sentirent léser comme Marcel Laborde et Jean Galia. Les deux compères décidèrent de monter un autre club perpignanais sous le nom d'ASP mais des problèmes entre la FFR et Galia firent capoter le projet. Les deux hommes se tournèrent alors vers la Rugby League et décidèrent finalement de créer une équipe à XIII. Le 24 août 1934, au café de la Poste, un nouveau club vit le jour : le XIII Catalan. La rivalité entre les deux clubs quinzistes (USP et Quins) étant désormais gommé, on vit apparaître une nouvelle bataille entre L'USAP et les treizistes. Le Docteur Gaston Banet en devint le premier Président et son premier coup d'éclat fut de nommer Roger Ramis, entraîneur du XIII Catalan. A l'image "d'El Nin", beaucoup franchirent le Rubicon.

1935 : L'USAP remporta pour la première le Challenge Yves du Manoir en s'y prenant à deux fois pour venir à bout de Montferrand. La première opposition entre les deux équipes se solda par un trois partout, obligeant les deux formations à rejouer le match. Trois semaines plus tard, l'USAP prit le meilleur sur les Auvergnats (6-0) inscrivant ainsi son nom dans ce Trophée. Le doublé fut tout proche puisque l'USAP s'inclina en Finale du Championnat de France face à Toulouse (3-0) malgré une nette domination Catalane.

1936 : Tenant du titre, l'USAP s'inclina en Finale du Challenge Yves du Manoir 9 à 3 contre Bayonne. Cette année fut également créee pour la première fois une section junior. Elle eut pour but de réunir les meilleurs jeunes de la région.

1937 : Nouvelle défaite en Finale du Challenge Yves du Manoir contre Biarritz cette fois-ci (3-0). Naît seulement l'année précédente, l'équipe des Juniors remporta son premier titre Reichel en battant Bègles 24 à 4 en Finale à Toulouse avec un certain Noël Brazès dans les rangs usapistes.

1938 : Pour la troisième fois consécutive, l'USAP perdit en Finale du Challenge Yves du Manoir, s'inclinant 23-10 face à Montferrand. De plus, ce fut la quatrième Finale consécutive dans ce trophée pour les Catalans. Mais la chance souria enfin aux perpignanais qui devinrent Champion de France en battant Biarritz 11-6 : le héros de la Finale s'appella Noël Brazès. Quant aux Reichels, ils conservirent leur titre de Champion de France. Cela permit à l'USAP de décrocher pour la première fois le classement du club le plus complet.

1939 : Troisième Finale entre Perpignan et Biarritz lors des cinq dernières éditions du Championnat. Les Biarrots prirent leur revanche de la saison passée en battant l'USAP 6-0..


1939-1942 : Le Championnat de France fut suspendu pour cause de seconde guerre mondiale. Pour se conformer aux voeux du ministère, le terme Arlequins fut remplacé par celui d'Athlétique. L'entité Union Sportive Athlétique Perpignanaise était née. Le club changea aussi de stade pour la troisième fois de son histoire suite à des soucis de loyers impayés. Le XIII Catalan occupa dorénavant le stade Jean Laffon tandis que l'USAP émigra vers le Moyen Vernet. Le stade fut baptisé au nom d'Aimé Giral, héros de la Finale 1914. Mais la seconde guerre fit elle aussi des ravages dans les rangs perpignanais avec parmi les victimes le décès tragique de Gilbert Brutus, l'entraîneur de l'USP championne de France en 1925, tué par les allemands en mars 1944 alors qu'il était résistant. Quelques mois plus tard, le Maire de Perpignan Félix Mercader décida de donner le nom de Gilbert Brutus au stade du Haut-Vernet qui devint le fief des treizistes catalans à partir de 1962.

1944 : L'équipe de l'après-guerre fut jeune et talentueuse. En effet, elle réalisa une saison pleine avec une seule défaite en quatorze rencontres. En demi-finale le légendaire arrière Puig-Aubert réussit une pénalité de plus de 52 mètres face à Montferrand ce qui constitua à l'époque un véritable exploit compte tenu notamment du poids du ballon. En Finale, l'USAP s'imposa 20-5 face à Bayonne avec six essais plus beaux les uns que les autres.

1955 : l'USAP réalisa le doublé en remportant le Challenge Yves du Manoir et le championnat. C'est la seule et unique fois que le club Catalan fit un tel exploit !


1984 : Arrivée du premier étranger à l'USAP à évouer en équipe première.

1987 : Partenariat avec la chaîne Catalane TV3 qui diffusa le match Lourdes-USAP. N'ayant pas de commentateur rugby, le match fut commenté par le spécialiste du basket qui se proposa pour dépanner.

1988 : Victoire dans le Challenge Béguère 36 à 3 en finale contre Lourdes à Aimé Giral.


1991 : Installation d'un nouvel éclairage à Aimé Giral.
1992 : L'USAP s'équipa pour la première fois de matériel informatique.

1994 : Victoire du Challenge Yves du Manoir 18 à 3 en finale contre Montferrand à Dax

1995 : Le stade Aimé Giral fut mis au norme européenne.


1996 : Lors de la saison 1996-1997, les joueurs s'entraînèrent désormais tous les jours. On s'approcha petit à petit du professionnalisme.

1997 : Destruction de la tribune CGT. Cette année fut également marquée par la première participation de l'USAP dans une compétition Européenne (Bouclier Européen).

1998 : Perpignan arrive pour la première fois en Finale du Championnat de France depuis 1977. Malheureusement, les Catalans ne firent pas le poids face au Stade Français (34-7) dans une finale qui fut marquée par l'affrontement entre les frères Lièvremont, chacun dans une équipe. Également, ce fut la première fois que l'USAP disputa la grande coupe d'Europe (Heineken Cup). Pour leurs grands débuts dans le gotha européen, les Catalans arrivèrent jusqu'en demi finale, battus par Colomiers 10-6.



Cette même année, fut détruite en avril la légendaire et mythique tribune debout CGT. Elle fut reconstruite et remplacée par la tribune Desclaux. Cett dernière fut innaugurée le 12 décembre 1999. En juin 1998, le club devint une Société Anonyme à Objet Sportive suite à la nouvelle loi. Le club fut constitué dorénavant de deux entitées : la SAOS (équipe première) et l'Association (de l'école de rugby aux espoirs).


1999 : le club franchit le pas du professionnalisme.


2001 : La tribune Vaquer fut reconstruite. Elle fut innaugurée le premier septembre 2001.

2002 : La tribune chevalier fut détruite à son tour en juin 2002 pour être reconstruite. Elle fut inaugurée le 20 décembre 2003. La SAOS se transforma en Société Anonyme Sportive Professionnelle (SASP), contrôlée financièrement par la holding USAP per sempre.
2003 : L'USAP devint vice champion d'Europe après sa défaite en Finale en Heineken Cup face à Toulouse 22 à 17 à Dublin.

2004 : Les Catalans s'inclinèrent une nouvelle fois en Finale, la deuxième en deux ans. Ils furent battus en Finale du Championnat de France par le Stade Français (38-20), l'une de leur bête noire.

2005 : L'USAP ouvrit sa première "vraie" boutique offcielle le 28 juillet 2005, Boulevard Clémenceau, dans le centre-ville de Perpignan. Une seconde boutique fut ouverte le 18 août 2005 dans l'enceinte d'Aimé Giral (130 m2).

2006 : Le club subit plusieurs crises internes entre Marcel Dagrenat, le Président, et ses opposants.

2007 : Lors de l'intersaison 2006-2007, le club Catalan connut une énième crise entre le "clan Dagrenat" et le "clan Velarte". Ce fut le feuilleton de l'été 2007. On apprit également que la rénovation du stade Aimé Giral serait retardée de plusieurs mois suite à la découverte inatendue d'un cable électrique. A son arrivée à la présidence, Paul Goze décrocha deux sponsors nationaux : Pepsi (entre 600 000 et 700 000 €) et Axa. Ce fut la première fois que le club Catalan trouva de lui même des sponsors d'une telle envergure (ndlr : Orange avait contacté l'USAP).

2008 : Au début de la saison 2008-2009, l'USAP réalisa un coup de tonerre sur le marché des transferts par l'intermédiaire de Paul Goze avec l'arrivée de Daniel Carter, le meilleur joueur du monde.

2009 : Cinquante-ans ans après son dernier Bouclier de Brennus, Perpignan réalisa une saison de rêve en terminant premier de poule. Lors des phases finales, ils survolèrent la demi-finale face à Paris avant de balayer Clermont en Finale.




jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor
avatar
Christophe
Remplacent
Remplacent

Messages : 234
Date d'inscription : 02/06/2011
Age : 45
Localisation : COLOMIERS

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum